En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies nous permettant de réaliser des statistiques de visites.

antalya escort gebze escort antalya escort ataşehir escort

Garmin Forerunner 745 : une montre résolument typée triathlon

velo piscine 745Avec le lancement de la Forerunner 745, Garmin a pris un virage dans la conception du milieu de gamme Forerunner de ses montres de sport. Tant côté design que fonctionnalités, le pari a été ambitieux. Car cette version totalement repensée pour le triathlon intègre non seulement les fonctions auxquelles la gamme des grandes (série 900) nous a habitués. Mais les enrichit.

Principale faiblesse, la capacité de la batterie. Et surtout une petite déception par rapport à la promesse d'une couche d'intelligence artificielle ajoutée notamment sur les suggestions de séances et de récupération, pas encore très opérationnelles. Retour sur un mois et demi de test.

Une Forerunner 745 intelligente ou une montre résolument tournée vers le triathlon ? L'ambition de Garmin était d'allier ces deux transformations en une. Avec une montre beaucoup plus légère et dopée pas ses nouvelles fonctions, le milieu de gamme Forerunner marque un saut technologique. Mais, surtout, s'appuie sur une promesse, celle de l'intelligence artificielle, pour proposer la séance du jour ou de récupération, en se basant sur les données des dernières séances de la semaine.

« La 745 n'est pas vraiment la petite soeur de la 735 », prévient Jonhaton Metge, le responsable marketing product manager outdoor de Garmin, avant la période de test. "La 735 était orientée running. Mais la 745 a acquis l'ensemble des fonctionnalités de la 945, avec moins d'autonomie et de cartographie." Certaines innovations apportées à la 745 devraient même upgrader la 945, le haut de gamme, en intégrant les dernières fonctionnalités.

20201105 112432Et effectivement, dès la prise en main, le format de la montre qui a fondu annonce une série de changements. La première sensation tient à la taille d'écran ronde et réduite par rapport au format rectangulaire des précédents modèles. Mais l'écran est optimisé, avec une faible perte de zone d'affichage dans les angles par rapport à la 735 ou la 920. La lisibilité n'y perd pas, au contraire. Car une série d'indicateurs graphiques, comme la barre de progression de couleur qui défile en bordure de cadran, rendent ludique la navigation pendant les séances.

Tantôt sur fond blanc ou fond noir (et inversement pour le texte), selon les écrans, la couleur verte pour les éléments graphiques (tracés, profils altimétriques...) offrent une lisibilité optimisée - sachant que plusieurs options d'affichage sont possibles. Et il en faut compte tenu de la multitude de fonctionnalités intégrées à ce nouveau modèle. La navigation a d'autant mieux été optimisée que les écrans sont nombreux, même si certains écrans de validation rendent parfois l'utilisation un peu plus fatidieuse.

Fonctionnalités boostées et typées triathlon

Par défaut, les trois activités à sélectionner, course à pied, vélo, natation sont déclinées en intérieur et extérieur. Course à pied, course sur tapis, circuit intérieur. Vélo et vélo en salle. Natation en piscine et eau libre. S'y ajoute l'activité triathlon. Mais près d'une vingtaine d'autres activités peuvent être ajoutées dans les paramètres (musculation, yoga, pilate, randonnée, kayak, aviron, ski...).

Cinq boutons (trois à gauche, deux à droite) permettent une prise en main assez intuitive des très nombreux écrans entre ceux dédiés aux séances, leur historique avec les bilans et suggestions, et les services annexes (notifications, météo, musique - 16 Go de stockage, body battery, oxymètre de pouls...).

Avec peut-être un regret, d'avoir affecté les deux boutons gauche, centre et bas, au défilement de page. Alors que cela aurait été plus pratique de les avoir à droite (mais c'est sans doute propre à chaque utilisateur). Un appui prolongé sur les boutons de gauche permettent également d'accéder aux paramètres ou page de lancement rapide. Les deux boutons de droite servent quant à eux, pour celui du haut, à valider ou activer, celui du bas, à reculer ou annuler des actions.

Habitué aux fonctionnalités des montres Garmin (suivi GPS des distances, dénivelés, laps, cadence de jambes et de bras en natation, allure mais aussi avec la ceinture HRM le cardio, l'oscillation ou le rapport vertical, la longueur de foulée, le temps de contact au sol ou des notifications d'appareils connectés...), la Forerunner ajoute à celles-ci une couche augmentée.

En effet, le capteur au poignet (cardio-fréquencemètre - très pratique en natation, et oxymètre de pouls) pemet d'enregistrer des datas en continu (rythme cardiaque, saturation en oxygène dans le sang), pour déterminer l'état de forme - qualité de sommeil (phases et durées de sommeil léger, profond, paradoxal), le niveau de stress et body battery - et en déduire des suggestions sur le choix de la séance du jour ou du temps de récupération.

La promesse de l'intelligence artificielle (IA)

suggestion repos 745L'attente la plus forte sur la Forerunner 745 portait naturellement sur sa capacité de prédiction en matière d'entraînement. Si Garmin a misé sur un opérateur pour gérer ses modèles d'intelligence artificielle, la proposition de séance du jour (et du repos associé) est naturellement devenu le premier atout de la montre qui s'appuie sur sa faculté de mesurer l'état de forme (body battery sur une échelle maximale de 100). État de forme évalué en tenant compte de la qualité de sommeil, du calcul automatique de la VO2max (consommation maximum d'oxygène par l'organisme lors d'un effort), et de la charge des séances (training effect).

Ainsi, les séances du jour suggérées, en course à pied en particulier, sont cohérentes, une majorité de séances souples ponctuées de séance de fractionné. L'impact des entraînements ainsi que l'état de forme sont mesurés sur les sept jours précédents. Et, à partir de là, une proposition d'entraînement est faite pour le jour dit.

Malheureusement, en un mois et demi de test, les séances proposées ont très souvent été des journées de repos ou des séances très courtes comme des footings d'une demi-heure (5 km). Cela alors que je n'ai pas fait de séance sous l'heure et toutes au-delà des 10 bornes... Un algorithme entraîné sur le niveau moyen de la population ? Toujours est-il qu'il mériterait d'être calibré au départ (en dehors de Garmin Coach) pour optimiser les suggestions d'entraînement.

Du coup, le paradoxe est d'avoir un magnifique outil avec une multitude de paramètres et de capteurs, dont beaucoup sont essentiels pour progresser (cardio, cadence, puissance, VO2max, profil altimétrique...), mais d'avoir une exploitation algorithmique pas encore très opérationnelle. Un peu frustrant même si la promesse est là, et qu'il faudra sans doute du retraining pour qu'il soit totalement exploité.

GPS, Glonass, Galileo et profil altimétrique

La montre Forerunner 745 apporte ici aussi sont lot d'innovations. En plus du dénivelé et de l'altitude, la montre propose également les profils altimétriques en temps réel, à vélo en particulier. Les caractéristiques de la côte s'affichent en pleine ascension (pente, profil) avec ce qui reste à gravir pour aller au bout de l'ascension sur des parcours téléchargés à l'avance (navigation). Ce sytème ClimbPro, lancé par Garmin il y a deux ans, est maintenant consultable au poignet.

Il faut dire que le GPS - couplé avec les systèmes concurrents Glonass et Galileo qui prennent le relais si les satellites dédiés sont plus performants, est particulièrement efficace et sensible. Au point, que lors de trails dans les Pyrénées, les alertes de sortie de parcours sonnaient fréquemment. Un peu trop parfois alors que le tracé était respecté...

Le système de géo-localisation permet également de coupler la montre, à vélo, pour qu'un message soit envoyé automatiquement à des destinataires pré-définis lors d'une chute. lors de la chute, il envoie ainsi un SOS avec la géo-localisation du point de chute. L'appareil a aussi la faculté de se connecter à un sytème de communication inReach par satellite qui permet, avec un abonnement dédié, d'envoyer un SOS par satellite, en mer, en montagne ou perdu dans des zones hostilles.

Le gros défaut : la batterie

Capteurs ouverts, la Garmin Forerunner 745 engrange une quantité phénoménale de données. Au point que l'on peut trouver l'heure et la durée pendant lesquelles on s'est éveillé dans la nuit, sa période de sommeil paradoxal, l'évolution de son rythme cardiaque en continu, et évidemment les très nombreuses données de ses séances d'entraînement.

circuit 745Et l'objectif était bien de laisser les capteurs ouverts pour expérimenter la capacité de prédiction de la montre. Du coup, la contrepartie, c'est que si la montre présente un indicateur de 7 jours d'autonomie à peine chargée (qui s'entend capteurs fermés), il a fallu dans le cas de ce test, la recharger quotidiennement (pendant 1h30), voire à l'extrême deux fois dans la journée. Difficile donc de l'envisager pour la durée d'un Ironman, y compris d'une dizaine d'heures.

Il n'en reste pas moins que le graphisme et les nombreux indicateurs font de la 745 un magnifique objet, performant pour l'entraînement, et avec une excellente précision. La possibilité de  personnaliser les écrans, les activités et le choix des indicateurs avec un rendu optimisé marquent une véritable évolution expliquant le prix officiel de 499,99 euros. Très peu éloigné de la 945 dont l'autonomie de batterie fait la différence.

 

 

« Nous voulions que la montre apporte du conseil ! »

Jonathan Metge, responsable marketing product manager outdoor de Garmin

« L'ambition de la Forerunner 745 est née il y a trois ans. Garmin souhaitait aller plus loin en accompagnant les personnes dans leur performance, en leur apportant du conseil. Un an après, nous lançions Garmin coach qui propose des entraînements en fonction d'un objectif. Au final, ce nouveau modèle assure bien une fonction d'aide à la pratique sportive », assure Jonathan Metge, le référent pour les montres outdoor de Garmin.

Détaillant les nouveautés, des capteurs aux services, qu'il s'agisse du cardio-fréquencemètre au poignet, du fond cartographique (...), Jonathan Metge insiste surtout sur la performance des outils. « La précision des intervalles entre deux battements, l'analyse du taux d'oxygène dans le sang, le calcul de la qualité de sommeil, l'intensité des efforts fournis permettent maintenant d'assembler ces différentes informations sur les sept derniers jours pour proposer des entaînements ou une récupération. Si on a mal dormi, cela allonge la période de récupération. C'est aussi le cas si on est dans une période de stress. Et, à tout moment, le sportif peut consulter le temps de récupération. »

Pour cumuler ces données, il est nécessaire de garder en permanence la montre au poignet. Pour l'instant, Garmin Coach, accessible à partir de Garmin connect, permet de fixer des objectifs de course (du 5 km au semi-marathon) et de les inscrire dans un calendrier. « L'algorithme a besoin de données en permanence pour être le plus précis possible. La 745 ajoute aussi le coefficient de charge que ne prenait pas en compte pour les prédictions la 945, et qui doit lui être ajouté lors d'une mise à jour. La capacité physiologique en fonction de l'altitude est aussi nouveau. »

Certaines fonctions comme la détection de séance sur une piste d'athlétisme sont également intégrées et la cartographie offre davantage de données, à l'instar du nombre de séquences restantes au cours de l'entraînement, de la durée de charge ou des profils de course.

Sécurité

« Nous sommes très attentifs aux questions de sécurité ! », ajoute Jonathan Metge. « La montre permet ainsi l'envoi automatique d'une alerte à un proche en cas de chute. C'est une application très demandée et nous avons eu beaucoup de retours positifs et de remerciements après l'ajout de ce service sur les Edge. Par ailleurs, la montre est 100 % connectée et permet d'accéder à de très nombreuses fonctionnalités. Elle peut stocker jusqu'à 500 chansons et accède à des app comme Spotify ou les notifications du smartphone... »